Demain sera un jour plus vieux… ou plus vrai.

A partir de quand est-on vieux dans notre monde professionnel ? A partir de quand elle ou il devient l’objet marketing tant redouté par les uns, que l’on nomme « senior » ?

Certains diront qu’après 45 ans c’est l’âge de l’épanouissent total. D’autres vous inciterons à amorcer un nouveau virage dans votre vie professionnelle, parlant de seconde vie. D’un nouveau départ. Pour allez où ?

Mais vous, oui vous qui avez 45, 50, 55 ans ou plus que pensez-vous de… vous ?

C’est le moment de la remise en question, des doutes qui vous guettent et du chômage qui ne va pas tarder à vous plomber. Digital native et autres gros mots que vous entendez, connaissez, côtoyez mais dont vous ne faites pas partie. La mémoire du cinquantenaire c’est le premier pied sur la lune en juillet 1969, l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes pour un même travail rendue légalement obligatoire en 1971, le minitel en 1980 et son cortège de 3615, la première page web mise en ligne en 1989, le bip bop en 1991 l’oreille collée contre un mur parisien, la création du premier navigateur commercial en 1994 répondant au doux nom de Netscape Navigator. La naissance en 1998 dans un garage californien de Google, concurrençant Yahoo. Puis vient le temps du Cloud ( cloud computing ou nuage informatique qui va révolutionner nos ressources de stockage), de Wikipedia l’encyclopédie libre et universelle en ligne, des euros en janvier 2002, Apple lançant iTunes en europe en 2004. Lancement de Google Maps en 2005 et de Street View en 2007, la faillite de Lehman Brothers en 2008 et une crise financière mondiale, 32 millions d’internautes en France comptabilisés en 2009. Les RSE ou réseau social d’entreprise en 2010. Un chiffre d’affaires cumulé de Google, Amazon, Facebook et Apple de 316 milliards de dollars en 2014 mais aussi la même année la naissance de la formation en ligne ouverte à tous : les Moocs. Enfin un mardi de juin 2016, après des mois de tensions sociales, un troisième 49.3, la loi travail El Khomri est adoptée définitivement en France.

Une mémoire, des jours de travail, une expérience, des expertises peut-être aussi, des creux, des bosses dans un parcours professionnel où vous avez grandi, mûri… Où sont vos atouts, où se trouve l’insouciance des vingt premières années où le possible n’est pas juste un mot mais une grande porte ouverte qu’il suffit de franchir pour attraper son avenir ? Et si c’était juste ça le frein, la principale faiblesse aujourd’hui d’une femme et d’un homme de cinquante ans éprouvant un sentiment de désarroi et parfois même de honte ou d’incapacité à avancer simplement parce que les temps changent, que les jeunes sont jeunes et qu’on lui reproche de coûter trop cher, de manquer de compétences numériques, d’être scotché par trop d’années dans la même entreprise, alors qu’hier faire carrière dans la même « boite » c’était la norme. Oui, et si tout ne pouvait se réduire qu’à une posture ?

Celle d’une communication positive. Une attitude et une personnalité qui font la différence. Etre soi et être vrai.

Alors non, ni vous ni moi se sommes « trop » vieux. C’est une question d’optimisme mais encore avant cela, c’est se reconnaître ce que l’on est et ce que l’on est en mesure d’apporter. D’apporter, de proposer, de concrétiser, de réaliser, de soutenir, d’influencer.

Mais avant toute démarche, il faut accepter l’idée de se vendre. D’avoir un prix, des valeurs et surtout plus que tout : une personnalité unique. Que pouvez-vous apporter à l’entreprise aujourd’hui ? Ce fameux ROI que vous connaissez par cœur, ce retour sur investissement, cette charge et cet amortissement que l’employeur se doit bien de prendre en compte, que mettez vous mettez en face … vous mettez qui ? Vous ou celle et celui qui aura moins d’état d’âme à se plier à l’exercice. Rien de dégradant, rien de rabaissant. Rien, alors pourquoi ne pas le faire ?

Ce que vous êtes, c’est justement ce qui va faire la différence. Vos expériences passées le prouvent, vos joies dans les précédentes équipes aussi, vos réussites mais aussi vos échecs sont le trésor que l’entreprise aujourd’hui souhaite lire dans votre lettre de motivation et entendre lors de votre entretien. Ce qui vous fait, ce qui vous anime. Ne cherchez pas la clef, l’outil miracle, le trésor c’est vous. Celui qui sait, c’est vous.

Maintenant, la chance cela aussi se construit et il faut être prêt à l’accueillir. Donc action. Seul, on arrive à rien, demandez des conseils, rencontrez des anciens collègues, demandez des recommandations sur linkedin, bref, réseautez et activez votre club de soutien. En 20 ans, vous en avez rencontré du monde, c’est le moment de vous rappeler à eux. Non pas en quémandant un emploi mais bel et bien en énonçant vos qualités et compétences. Soyez actif et réactif. N’attendez pas pour solliciter mais pas non plus pour remercier, les liens cela s’entretient.

Ouvrez les champs des possibles, lisez entre les lignes, devenez ce que vous êtes vraiment. Soyez vous, vrai et actif. La liste de vos compétences et expériences est longue comme le bras, il va falloir trancher, synthétiser, pour ne garder que l’essentiel présentant vos compétences clefs et la valeur ajoutée que vous allez apporter à l’entreprise. Vous rédigez une lettre de motivation ? Vous êtes-vous promené sur le site officiel de l’entreprise, avez-vous lu, via un moteur de recherche, ce que la ou le président, la direction de la communication ou marketing disent dans les forums, dans les articles de presse spécialisée ? Généralement, la philosophie de l’entreprise, ses valeurs, son éthique, son engagement, sa vision sont portés par les managers et c’est une source précieuse pour rédiger votre lettre de motivation, pour connaître le vocabulaire de l’entreprise, pour peut-être même découvrir des affinités ou des opportunités que vous ne soupçonniez pas. Quelques minutes précieuses pour parler et écrire la langue professionnelle que vous ciblez.

Ne vous excusez plus. Votre âge est un atout, une force, un trésor d’expériences et de vécu professionnel et cela les plus jeunes ne peuvent le mettre en avant…normal ils sont plus jeunes. Surprenez vous et surprenez vos interlocuteurs, soyez vrai.

 

Jean-marc Gabon de Peretti

Publié dans: blog